12 Oct

1ère rencontre fédérale des petits groupes GDM / EDM

visuel affiche

affiche WE fédéral GroupesLa première rencontre fédérale des petits groupes GDM (Groupes De Maison) et EDM (Eglise de Maison) aura lieu au Moulin de l’Ayrolle, le weekend du 3 au 5 novembre.

L’objectif est de faire de cette rencontre une  « fête », en rassemblant des représentants des GDM et EDM de toute la Fédération pour susciter une dynamique de réseau et entretenir la vision.

affiche WE fédéral Groupes

Inscriptions auprès de [email protected]
Bulletin d’inscription WE fédéral groupes 2017
Prix : 30€ (hébergement / nourriture)
Heures : Vendredi à partir de 18h au dimanche 14h
Organisation Pôle évangélisation FFS

16 Mai

Témoignage sur les Groupes de Maison de Jean-Daniel Zuber

TEMOIGNAGE
 Ce témoignage a été fait lors de la rencontre de formation sur les petits groupes à Collonges sous Salève, le 8 avril 2017

Jean-Daniel ZuberLe projet d’un groupe de maison nécessite, au préalable, une claire idée de nos motivations.

Nous nous sommes considérés comme de simples semeurs de la Parole de Dieu et de sa Bonne Nouvelle, auprès de tous eux qui sont désireux de l’approcher, et rien de plus. C’est l’Éternel qui conduira les suites.

Ainsi va l’exemple de celles qui se sont appelées « les biblettes ». C’est un groupe de femmes « soignantes », des sages-femmes, un médecin, des infirmières, responsables d’aumônerie hospitalière ou de catéchèse dans leur église, et qui, ayant reconnu chez notre fille une certaine connaissance et une approche de la Bible, ont souhaité, une fois par mois, se retrouver autour d’un thème qui les préoccupe ou les interpelle issu de la Bible. Parmi elles, il y a un ou deux cas de personnes se disant athées, communiste, mais préoccupées par les mentalités de notre époque. Animé par notre fille, soutenue de loin par sa mère, ce groupe vit une amitié profonde, une solidarité précieuse au sein d’un milieu confronté à bien des situations dramatiques et stressantes, une liberté de langage précieuse en nos temps de conventions et de modes.

Autre exemple : Il y a quelques années, j’ai animé un groupe chez une de nos sœurs. Composé de personnes d’horizons religieux divers, elles étaient intéressées à mieux connaître les contenus de la Bible. Parmi ces personnes se trouvait un homme, ancien collègue de travail du mari de notre sœur qui avait régulièrement abordé avec lui des sujets bibliques qui l’avaient touché. Il a fréquenté notre groupe après le décès du mari de notre sœur. Appréciant l’état d’esprit du groupe, il en est venu à fréquenter notre église. Et puis il s’est engagé dans l’exécution de certaines tâches: les extérieurs, puis il a collaboré à des travaux intérieurs et il a été un participant très actif dans nos fêtes. Au point qu’à plusieurs reprises, plusieurs d’entre nous l’ont appelé à rendre sa présence parmi nous plus étroite en entrant dans les eaux du baptême, le rendant ainsi membre de plein droit ! Il a fallu 7 ans avant qu’il accepte. Il était tourmenté et retenu par des questions personnelles. Gloire à Dieu pour cela !

En conclusion, notre rôle n’est-il pas de partager la présence de Dieu autour de sa Parole avec tous ceux qui y aspirent, le désirent, avec simplicité, en confiance et proximité de cœur. Nous confions à Dieu, par la prière, le chemin spécifique que ces personnes pourront découvrir à partir de ces moments privilégiés.

Que le Seigneur nous inspire, chacune et chacun, avec nos charismes respectifs pour que croisse le peuple que l’Éternel  veut rassembler dans son royaume.

Que le Seigneur vous bénisse.

09 Mai

Témoignage sur les Groupes de Maisons d’Évelyne Zuber

temoignage
Ce témoignage a été fait lors de la rencontre de formation sur les petits groupes à Collonges sous Salève, le 8 avril 2017

Le temps qui m’est imparti étant très court, je lirai  mon texte pour ne pas me laisser emporter par mon enthousiasme pour les groupes de maison ! Vous me le pardonnerez, j’espère !

Sans nous vanter, nous pouvons dire, Jean-Daniel et moi, que nous sommes parmi les pionniers des groupes de maison ! Dès les années 70 le pasteur François Hugli, alors jeune stagiaire à Yverdon, en a fait l’expérience, puis les a initiés à Genève dans les années 80, où nous les avons à notre tour expérimentés avec joie. Au moment où s’envolait leur nombre (15 !) à l’église de Genève, François Hügli a été appelé à la Fédération du Sud de la France où il a essayé de les promouvoir. Ce fut un demi- échec, car les circonstances et les états d’esprit n’étaient pas très favorables. Aussi sommes-nous très heureux de voir le projet ressurgir et se développer dans la région…25 ans plus tard ! Et je peux vous dire que depuis 1988, dans le pays de Gex, notre groupe de maison n’a pas cessé de se réunir chaque semaine durant 2h pour partager les Ecritures ! Et même il a fait des petits !

Comment ouvrir un groupe de maison ? Telle est la première question qui se pose.

La première démarche, c’est de fréquenter le plus de monde possible hors de l’église locale : voisins, collègues, parents d’élèves des écoles de ses enfants, chrétiens ou non, s’intégrer dans des associations communales, de loisir ou de sport, et se faire connaître par notre rigueur morale, notre discipline de vie, notre fraternité, comme des chrétiens ouverts et disponibles, amoureux de la Bible. Dieu suscite alors des occasions favorables pour se rencontrer autour de la Bible. Pour nous, comme plus tard pour notre fille qui anime aussi un groupe de maison (Jean-Daniel vous en parlera tout à l’heure), la demande est venue de l’extérieur. Un groupe de mamans de l’école primaire se réunissait déjà avec les manuels  des « Rendez-vous avec la Bible », qu’une maman évangélique animait. Comme elle devait quitter la région elle nous a proposé de lui succéder. Nous avons ainsi poursuivi quelques temps avec ces manuels, et à la demande des participants eux-mêmes, nous sommes passés à l’étude plus approfondie des textes bibliques qu’ils désiraient mieux connaître. Depuis 30 ans nous ne les avons pas encore épuisés !

Donc pour ouvrir un groupe de maison, faisons-nous des amis à l’extérieur, et ouvrons-leur nos foyers pour partager avec eux ce qui nous tient à cœur, ce qui fonde notre vie, la Parole de Dieu !

Seconde question : Faut-il attendre d’avoir fait de la théologie ou d’avoir un pasteur pour animer le groupe ? Ce serait bien, s’il y a un pasteur disponible et acquis à la démarche, mais ce n’est pas indispensable ! Le risque, avec un pasteur (excusez-moi, mes frères pasteurs !) c’est que les rencontres deviennent des exposés théologiques et doctrinaux, et  qu’il n’y ait plus d’échanges ! Or, l’animateur du groupe doit veiller à favoriser ces échanges  dans la liberté de parole, et le respect des opinions et des ressentis, sans aucun jugement ni arrière-pensée.

Tout membre d’église est en principe formé, par l’Ecole du Sabbat, à lire, comprendre et partager un texte biblique, à cœur ouvert ! Tous n’ont pas le don d’enseignement, mais on peut se répartir les rôles selon les dons spirituels accordés à chacun : l’un ouvre sa maison pour les rencontres, l’autre prépare la petite collation qui met de l’ambiance, un troisième cherche une prière ou un chant approprié à l’étude du jour, un autre dirige l’étude, un autre propose des prières d’intercession. Chaque groupe aura sa personnalité selon ses participants, mais ne doit pas dépasser la douzaine de membres pour favoriser les échanges entre tous.

Enfin troisième question : Quel est le but d’un groupe de foyer ?

La grande crainte de nos responsables a été qu’ils se séparent de l’Eglise, et  qu’ils créent des groupes dissidents. Ce fut parfois vrai mais très minoritaire ! François Hugli m’a même confié cette semaine, que grâce au groupe de maison qui se réunissait chez lui, bien des membres éloignés de l’Eglise avaient retrouvé la joie de revenir dans les assemblées.

Mais un groupe de foyer n’est pas destiné aux membres d’église fidèles. Ils ont l’EDS pour se rencontrer, étudier la Bible et partager leur compréhension des textes ! S’ils participent à un groupe de maison, ils doivent être en minorité et éviter soigneusement le « patois de Canaan », le vocabulaire spécialisé (justification, sanctification, glorification… « gros mots » incompréhensibles par le profane.)

Le but d’un groupe de maison est avant tout de semer la Bonne Nouvelle du salut en JC. C’est de conduire ses participants à une rencontre personnelle avec Jésus. Si cela aboutit à un baptême, gloire à Dieu, mais cela reste une exception dans notre civilisation française, traditionnelle, chatouilleuse sur la liberté de choix et indépendante. Notre grande joie, c’est d’observer les transformations d’état d’esprit et de vie qu’opère le Saint-Esprit dans les cœurs de ceux qui sont persévérants et fidèles à ces rencontres. Nous en avons vu faire de véritables expériences de pardon dans leur famille, suite à leur découverte de l’Evangile. Mais la suite de leur cheminement reste entre les mains du Seigneur !

En conclusion, je ne peux que vous encourager à vous lancer dans cette merveilleuse expérience ! En plus de vous faire de vrais amis, vous serez fortifiés dans la foi et éprouverez mille joies devant l’œuvre du Saint-Esprit !

20 Mar

Camp meeting 2017: « L’évangélisation pour les nuls »

Nouvelle image (1)

Retrouvez ci-dessous toutes les infos concernant le prochain camp meeting « l’Évangélisation pour les nuls » autour de 4 thématiques de formation et de partage:

  • Susciter des nouvelles relations
  • Évangélisation relationnelle
  • Petits groupes
  • Implantation d’Églises

Alors ne tardez pas à vous inscrire !

Affiche CM2017
CM2017 prospectus v3
CM2017 Fiche d’inscription

21 Fév

Rencontre fédérale des petits groupes, 3-5 novembre 2017

silhouettes-ensemble

Depuis plusieurs années la Fédération France Sud des Églises adventistes du 7ème jour encourage la création et le vécu des petits groupes, dans le cadre de la vision fédérale « Une Église dans ton quartier, un mouvement de disciples ».

Afin de renforcer cela, une grande rencontre de tous les groupes de la Fédération est organisée du 3 au 5 novembre 2017 au Moulin de l’Ayrolle  pour échanger, s’enrichir,  témoigner, …

Alors réservez dès à présent cette date dans votre agenda et parlez-en autour de vous !

15 Nov

Disciples influents…

breve47532-0
« Car après tout, si mon frère ne croit pas en Dieu, ce n’est pas qu’il est moins bon que moi, mais que je ne suis pas assez contagieux dans ma façon de vivre l’Évangile ! »
( Antoine NOUIS, Lettre à mon gendre agnostique pour lui expliquer la foi chrétienne, Labord et Fides, Genève, 2010, p. 81)

D’après le Larousse, la contagion est la transmission d’une maladie d’un sujet malade à une personne saine. Être croyant, chrétien, disciple de Jésus-Christ n’est pas une maladie ! Bien au contraire. Et c’est un peu ce qui peut être dérangeant dans cette expression « être contagieux ». On pourrait y préférer l’expression « être influent » qui est un synonyme.

Pourtant cela met en avant l’idée que l’on transmet quelque chose qui est en nous et sans une action « volontaire » de notre part…
Faire les choses « involontairement » n’est pas simple. Il y a des choses, des habitudes que j’ai aujourd’hui, que je fais « sans réfléchir » mais qui sont les résultats d’un apprentissage. Il est parfois nécessaire de passer par le « volontaire » pour arriver à « l’involontaire »…

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin, il existe un manuel Devenir un chretien contagieux  qui peut vous aider dans cette démarche. Comme tout manuel, à vous de vous l’approprier.

Au final, nous sommes appelés à être des disciples qui vivent au milieu de futurs disciples que nous allons chercher à « influencer ».

27 Mai

Journée de témoignages des groupes à Avignon, le 21 mai 2016

temoignages

Comme cela est maintenant l’habitude chaque trimestre, une journée de témoignages des « groupes » a eu lieu à Avignon, le samedi 21 mai 2015. Cette journée a pour objectif de mettre en avant les « Groupes de maison » de la région lors d’un culte spécial avec toute l’Église.

champ-150x150Cela a donc permis à plusieurs membres de groupes de témoigner des joies de leur vécu et de partager leurs diverses expériences. La prédication « Levez les yeux et regardez », à partir du texte de Jean 4. 27-42, a invité les présents à changer de regard et à voir au-delà des obstacles au témoignage de sa foi. Le temps en petits groupes qui a suivi nous a aussi rappeler que le meilleur évangéliste c’est moi.

Après un repas au commun, un jeu a permis aux membres de groupes présents de témoigner de leurs Joie, Difficulté, Souhait et Remerciement dans leur vie spirituelle et de groupe.

Merci Seigneur pour tout ce que tu permets de vivre dans ces différents « Groupes de maison » de la région d’Avignon.