04 Avr

Je fais un rêve – I have a dream

b_1_q_0_p_0

Réimaginer l'Eglise_Viola

A l’occasion des 50 ans de la mort Martin Luther King le 4 avril 1968, dont la vie est inspirante pour chacun, voilà une adaptation de son célèbre discours « I have a dream », le 28 août 1963 à Washington de Frank VIOLA (dans Réimaginer l’Eglise. Poursuivre le rêve du christianisme organique, Olonzac, Editions Oasis, 2103, p. 23.)

« Je fais un rêve qu’un jour, l’Église de Jésus-Christ se lève pour sa vocation en Dieu et commence à vivre sous le sens véritable de son identité, qui est la bien-aimée du Dieu Tout-Puissant, la fiancée du roi des rois.

Je fais un rêve que Jésus-Christ redevient un jour chef de son Église. Non point en pieuse rhétorique, mais dans la réalité.

Je fais un rêve que des groupes de chrétiens partout dans le monde commencent à étoffer la réalité du Nouveau Testament selon laquelle l’Église est un organisme vivant et non une organisation institutionnelle.

Je fais un rêve que la division clergé/laïcat devient un jour une antiquité de l’histoire ecclésiastique, et le Seigneur Jésus Lui-même remplace le système moussu de la hiérarchie humaine qui a usurpé son autorité parmi Son peuple.

Je fais un rêve que les multitudes du peuple de Dieu ne tolèrent plus ces systèmes artificiels qui les ont mis dans la servitude religieuse et sous une charge de culpabilité, de devoirs, de condamnation, faisant d’eux les esclaves de systèmes et dirigeants autoritaires.

Je fais un rêve que la centralité et la suprématie de Jésus-Christ est le thème central, le pilier, et la quête de chaque chrétien et chaque Église. Et que les bien-aimés de Dieu ne sont plus obsédés par les choses spirituelles et religieuses au point de se diviser. Mais que leur obsession et leur quête est une personne, le Seigneur Jésus-Christ.

Je fais un rêve que d’innombrables Églises sont transformées, passant d’entreprises puissantes à des familles spirituelles, authentiques communautés Christo-centrées, où les membres se connaissent les uns les autres intimement, s’aiment inconditionnellement, se dévouent les uns pour les autres profondément, et se réjouissent les uns avec les autres infailliblement.

Je fais un rêve aujourd’hui… »

28 Août

Je fais un rêve – I have a dream

stickers-j-ai-fait-un-reve-R1-161632-2

Réimaginer l'Eglise_Viola

A l’occasion de l’anniversaire du célèbre discours de Martin Luther King le 28août 1963 à Washington « I have a dream », voilà une adaptation de Frank VIOLA (dans Réimaginer l’Eglise. Poursuivre le rêve du christianisme organique, Olonzac, Editions Oasis, 2103, p. 23.)

« Je fais un rêve qu’un jour, l’Église de Jésus-Christ se lève pour sa vocation en Dieu et commence à vivre sous le sens véritable de son identité, qui est la bien-aimée du Dieu Tout-Puissant, la fiancée du roi des rois.

Je fais un rêve que Jésus-Christ redevient un jour chef de son Église. Non point en pieuse rhétorique, mais dans la réalité.

Je fais un rêve que des groupes de chrétiens partout dans le monde commencent à étoffer la réalité du Nouveau Testament selon laquelle l’Église est un organisme vivant et non une organisation institutionnelle.

Je fais un rêve que la division clergé/laïcat devient un jour une antiquité de l’histoire ecclésiastique, et le Seigneur Jésus Lui-même remplace le système moussu de la hiérarchie humaine qui a usurpé son autorité parmi Son peuple.

Je fais un rêve que les multitudes du peuple de Dieu ne tolèrent plus ces systèmes artificiels qui les ont mis dans la servitude religieuse et sous une charge de culpabilité, de devoirs, de condamnation, faisant d’eux les esclaves de systèmes et dirigeants autoritaires.

Je fais un rêve que la centralité et la suprématie de Jésus-Christ est le thème central, le pilier, et la quête de chaque chrétien et chaque Église. Et que les bien-aimés de Dieu ne sont plus obsédés par les choses spirituelles et religieuses au point de se diviser. Mais que leur obsession et leur quête est une personne, le Seigneur Jésus-Christ.

Je fais un rêve que d’innombrables Églises sont transformées, passant d’entreprises puissantes à des familles spirituelles, authentiques communautés Christo-centrées, où les membres se connaissent les uns les autres intimement, s’aiment inconditionnellement, se dévouent les uns pour les autres profondément, et se réjouissent les uns avec les autres infailliblement.

Je fais un rêve aujourd’hui… »