16 Mai

Témoignage sur les Groupes de Maison de Jean-Daniel Zuber

TEMOIGNAGE
 Ce témoignage a été fait lors de la rencontre de formation sur les petits groupes à Collonges sous Salève, le 8 avril 2017

Jean-Daniel ZuberLe projet d’un groupe de maison nécessite, au préalable, une claire idée de nos motivations.

Nous nous sommes considérés comme de simples semeurs de la Parole de Dieu et de sa Bonne Nouvelle, auprès de tous eux qui sont désireux de l’approcher, et rien de plus. C’est l’Éternel qui conduira les suites.

Ainsi va l’exemple de celles qui se sont appelées « les biblettes ». C’est un groupe de femmes « soignantes », des sages-femmes, un médecin, des infirmières, responsables d’aumônerie hospitalière ou de catéchèse dans leur église, et qui, ayant reconnu chez notre fille une certaine connaissance et une approche de la Bible, ont souhaité, une fois par mois, se retrouver autour d’un thème qui les préoccupe ou les interpelle issu de la Bible. Parmi elles, il y a un ou deux cas de personnes se disant athées, communiste, mais préoccupées par les mentalités de notre époque. Animé par notre fille, soutenue de loin par sa mère, ce groupe vit une amitié profonde, une solidarité précieuse au sein d’un milieu confronté à bien des situations dramatiques et stressantes, une liberté de langage précieuse en nos temps de conventions et de modes.

Autre exemple : Il y a quelques années, j’ai animé un groupe chez une de nos sœurs. Composé de personnes d’horizons religieux divers, elles étaient intéressées à mieux connaître les contenus de la Bible. Parmi ces personnes se trouvait un homme, ancien collègue de travail du mari de notre sœur qui avait régulièrement abordé avec lui des sujets bibliques qui l’avaient touché. Il a fréquenté notre groupe après le décès du mari de notre sœur. Appréciant l’état d’esprit du groupe, il en est venu à fréquenter notre église. Et puis il s’est engagé dans l’exécution de certaines tâches: les extérieurs, puis il a collaboré à des travaux intérieurs et il a été un participant très actif dans nos fêtes. Au point qu’à plusieurs reprises, plusieurs d’entre nous l’ont appelé à rendre sa présence parmi nous plus étroite en entrant dans les eaux du baptême, le rendant ainsi membre de plein droit ! Il a fallu 7 ans avant qu’il accepte. Il était tourmenté et retenu par des questions personnelles. Gloire à Dieu pour cela !

En conclusion, notre rôle n’est-il pas de partager la présence de Dieu autour de sa Parole avec tous ceux qui y aspirent, le désirent, avec simplicité, en confiance et proximité de cœur. Nous confions à Dieu, par la prière, le chemin spécifique que ces personnes pourront découvrir à partir de ces moments privilégiés.

Que le Seigneur nous inspire, chacune et chacun, avec nos charismes respectifs pour que croisse le peuple que l’Éternel  veut rassembler dans son royaume.

Que le Seigneur vous bénisse.