12 Oct

Retour d’expériences du camp meeting 2017

rendition;size=1200;version=0
 L’expérience que je viens de vivre cet été dans les Cévennes, durant le camp meeting, m’a permis d’un peu mieux comprendre ce qu’est le principe de se laisser habiter par Dieu, se laisser utiliser par LUI, pour répondre aux besoins des personnes qu’IL met sur ma route.

Le camp meeting avait pour thème cette année : « l’Évangélisation pour les nuls ! »Evangélisation pour les nulsSe sentir enthousiaste et nul en même temps. Quel drôle d’association de mots et d’état me direz-vous ? C’est pourtant ce que ressentait la plupart des participants.

« Enthousiaste », car plein de Dieu ; dans un sentiment d’admiration, de joie ; vivant et se donnant un accueil chaleureux mutuellement, tel était notre état tous ensemble pour une semaine.

« Nuls » : de ce terme je prendrai la partie de définition que me propose le dictionnaire, celle qui parle du manque de compétence dans un domaine ; être totalement ignorant dans un domaine …

Et en l’occurrence, dans celui de l’Évangélisation !!

Comment apporter « la bonne nouvelle » à nos contemporains ?

« L’Évangélisation pour les nuls » ! Très vite je me suis posée la question : qui est nul ? Ceux qui vont être évangélisés ou ceux qui évangélisent, autrement dit, moi, nous, les chrétiens ?

Du coup très vite j’ai fait le lien avec le fait de se laisser habiter par Dieu : se sentir sans compétence, pour mieux recevoir le « savoir-être » que me donne dieu. J’ai découvert l’importance de « s’attendre à l’inattendu de Dieu ».

LE laisser nous proposer une marche à suivre, un projet auquel on n’avait pas penser ?!! Du coup, j’ai mieux compris pourquoi mes projets de création de  groupe n’avançaient pas.

L’évangile relationnel : créer du lien ; même si cela prend du temps.

Que nos voisins, nos amis, puissent nous voir vivre en cohérence avec les propos que nous tenons. Devenir une référence dans tel ou tel domaine, pour eux et partager leur domaine de prédilection à eux. Qu’ils sachent qu’ils peuvent compter sur nous.

Plus les jours avançaient, plus je me sentais perturbée positivement, déstabilisée dans ce que je savais ou … croyais savoir. J’étais venue pour apprendre « comment faire » pour créer un groupe de maison ; partager la bonne nouvelle avec mes voisins etc … J’étais en train de comprendre que je devais apprendre « comment être » ?!! L’évangile la plus efficace est celle du quotidien disent nos formateurs. « Être connecté avant de communiquer ! ». (p.14 d’un petit livret distribué durant la semaine).

Chaque matin nous réfléchissions sur un de ces aspects ; l’après-midi, nous mettions en pratique sous forme d’atelier, ce que nous avions compris.

Il y avait beaucoup de temps consacrés à la prière et à la réflexion par petits groupes de frères et sœurs. Ce qui m’a beaucoup plu également.

Je me sens enrichie à chaque fois.

La mise en pratique était immédiate, car cette année, il y avait parmi les participants au camp, beaucoup de néophytes et de jeunes.

Deux catégories de personnes qui permettent de vérifier si on est disposé à rencontrer l’autre, dans sa différence et « être le message » en vivant un moment avec lui ?!

Toute cette belle expérience, je l’ai vécu au Moulin, ce lieu magnifique où nous pouvons nous ressourcer pleinement. J’en suis repartie, enrichie, « très nulle » et encore plus enthousiaste pour la gloire de Dieu et le bonheur de mes contemporains.

Merci Seigneur de disposer mon cœur à ta volonté et de me qualifier pour l’exécuter ; de mettre sur ma route des frères et sœurs expérimentés et un peu plus loin que moi, sur le chemin… Ils m’apportent une compréhension formidable de ce que tu veux que nous fassions pour Ta Gloire et l’Édification de Ton Église.

A quand le prochain camp meeting ? …

Hélène GIRAUDON, église de Toulon (Var)
24 septembre 2017

16 Mai

Témoignage sur les Groupes de Maison de Jean-Daniel Zuber

TEMOIGNAGE
 Ce témoignage a été fait lors de la rencontre de formation sur les petits groupes à Collonges sous Salève, le 8 avril 2017

Jean-Daniel ZuberLe projet d’un groupe de maison nécessite, au préalable, une claire idée de nos motivations.

Nous nous sommes considérés comme de simples semeurs de la Parole de Dieu et de sa Bonne Nouvelle, auprès de tous eux qui sont désireux de l’approcher, et rien de plus. C’est l’Éternel qui conduira les suites.

Ainsi va l’exemple de celles qui se sont appelées « les biblettes ». C’est un groupe de femmes « soignantes », des sages-femmes, un médecin, des infirmières, responsables d’aumônerie hospitalière ou de catéchèse dans leur église, et qui, ayant reconnu chez notre fille une certaine connaissance et une approche de la Bible, ont souhaité, une fois par mois, se retrouver autour d’un thème qui les préoccupe ou les interpelle issu de la Bible. Parmi elles, il y a un ou deux cas de personnes se disant athées, communiste, mais préoccupées par les mentalités de notre époque. Animé par notre fille, soutenue de loin par sa mère, ce groupe vit une amitié profonde, une solidarité précieuse au sein d’un milieu confronté à bien des situations dramatiques et stressantes, une liberté de langage précieuse en nos temps de conventions et de modes.

Autre exemple : Il y a quelques années, j’ai animé un groupe chez une de nos sœurs. Composé de personnes d’horizons religieux divers, elles étaient intéressées à mieux connaître les contenus de la Bible. Parmi ces personnes se trouvait un homme, ancien collègue de travail du mari de notre sœur qui avait régulièrement abordé avec lui des sujets bibliques qui l’avaient touché. Il a fréquenté notre groupe après le décès du mari de notre sœur. Appréciant l’état d’esprit du groupe, il en est venu à fréquenter notre église. Et puis il s’est engagé dans l’exécution de certaines tâches: les extérieurs, puis il a collaboré à des travaux intérieurs et il a été un participant très actif dans nos fêtes. Au point qu’à plusieurs reprises, plusieurs d’entre nous l’ont appelé à rendre sa présence parmi nous plus étroite en entrant dans les eaux du baptême, le rendant ainsi membre de plein droit ! Il a fallu 7 ans avant qu’il accepte. Il était tourmenté et retenu par des questions personnelles. Gloire à Dieu pour cela !

En conclusion, notre rôle n’est-il pas de partager la présence de Dieu autour de sa Parole avec tous ceux qui y aspirent, le désirent, avec simplicité, en confiance et proximité de cœur. Nous confions à Dieu, par la prière, le chemin spécifique que ces personnes pourront découvrir à partir de ces moments privilégiés.

Que le Seigneur nous inspire, chacune et chacun, avec nos charismes respectifs pour que croisse le peuple que l’Éternel  veut rassembler dans son royaume.

Que le Seigneur vous bénisse.

09 Mai

Témoignage sur les Groupes de Maisons d’Évelyne Zuber

temoignage
Ce témoignage a été fait lors de la rencontre de formation sur les petits groupes à Collonges sous Salève, le 8 avril 2017

Le temps qui m’est imparti étant très court, je lirai  mon texte pour ne pas me laisser emporter par mon enthousiasme pour les groupes de maison ! Vous me le pardonnerez, j’espère !

Sans nous vanter, nous pouvons dire, Jean-Daniel et moi, que nous sommes parmi les pionniers des groupes de maison ! Dès les années 70 le pasteur François Hugli, alors jeune stagiaire à Yverdon, en a fait l’expérience, puis les a initiés à Genève dans les années 80, où nous les avons à notre tour expérimentés avec joie. Au moment où s’envolait leur nombre (15 !) à l’église de Genève, François Hügli a été appelé à la Fédération du Sud de la France où il a essayé de les promouvoir. Ce fut un demi- échec, car les circonstances et les états d’esprit n’étaient pas très favorables. Aussi sommes-nous très heureux de voir le projet ressurgir et se développer dans la région…25 ans plus tard ! Et je peux vous dire que depuis 1988, dans le pays de Gex, notre groupe de maison n’a pas cessé de se réunir chaque semaine durant 2h pour partager les Ecritures ! Et même il a fait des petits !

Comment ouvrir un groupe de maison ? Telle est la première question qui se pose.

La première démarche, c’est de fréquenter le plus de monde possible hors de l’église locale : voisins, collègues, parents d’élèves des écoles de ses enfants, chrétiens ou non, s’intégrer dans des associations communales, de loisir ou de sport, et se faire connaître par notre rigueur morale, notre discipline de vie, notre fraternité, comme des chrétiens ouverts et disponibles, amoureux de la Bible. Dieu suscite alors des occasions favorables pour se rencontrer autour de la Bible. Pour nous, comme plus tard pour notre fille qui anime aussi un groupe de maison (Jean-Daniel vous en parlera tout à l’heure), la demande est venue de l’extérieur. Un groupe de mamans de l’école primaire se réunissait déjà avec les manuels  des « Rendez-vous avec la Bible », qu’une maman évangélique animait. Comme elle devait quitter la région elle nous a proposé de lui succéder. Nous avons ainsi poursuivi quelques temps avec ces manuels, et à la demande des participants eux-mêmes, nous sommes passés à l’étude plus approfondie des textes bibliques qu’ils désiraient mieux connaître. Depuis 30 ans nous ne les avons pas encore épuisés !

Donc pour ouvrir un groupe de maison, faisons-nous des amis à l’extérieur, et ouvrons-leur nos foyers pour partager avec eux ce qui nous tient à cœur, ce qui fonde notre vie, la Parole de Dieu !

Seconde question : Faut-il attendre d’avoir fait de la théologie ou d’avoir un pasteur pour animer le groupe ? Ce serait bien, s’il y a un pasteur disponible et acquis à la démarche, mais ce n’est pas indispensable ! Le risque, avec un pasteur (excusez-moi, mes frères pasteurs !) c’est que les rencontres deviennent des exposés théologiques et doctrinaux, et  qu’il n’y ait plus d’échanges ! Or, l’animateur du groupe doit veiller à favoriser ces échanges  dans la liberté de parole, et le respect des opinions et des ressentis, sans aucun jugement ni arrière-pensée.

Tout membre d’église est en principe formé, par l’Ecole du Sabbat, à lire, comprendre et partager un texte biblique, à cœur ouvert ! Tous n’ont pas le don d’enseignement, mais on peut se répartir les rôles selon les dons spirituels accordés à chacun : l’un ouvre sa maison pour les rencontres, l’autre prépare la petite collation qui met de l’ambiance, un troisième cherche une prière ou un chant approprié à l’étude du jour, un autre dirige l’étude, un autre propose des prières d’intercession. Chaque groupe aura sa personnalité selon ses participants, mais ne doit pas dépasser la douzaine de membres pour favoriser les échanges entre tous.

Enfin troisième question : Quel est le but d’un groupe de foyer ?

La grande crainte de nos responsables a été qu’ils se séparent de l’Eglise, et  qu’ils créent des groupes dissidents. Ce fut parfois vrai mais très minoritaire ! François Hugli m’a même confié cette semaine, que grâce au groupe de maison qui se réunissait chez lui, bien des membres éloignés de l’Eglise avaient retrouvé la joie de revenir dans les assemblées.

Mais un groupe de foyer n’est pas destiné aux membres d’église fidèles. Ils ont l’EDS pour se rencontrer, étudier la Bible et partager leur compréhension des textes ! S’ils participent à un groupe de maison, ils doivent être en minorité et éviter soigneusement le « patois de Canaan », le vocabulaire spécialisé (justification, sanctification, glorification… « gros mots » incompréhensibles par le profane.)

Le but d’un groupe de maison est avant tout de semer la Bonne Nouvelle du salut en JC. C’est de conduire ses participants à une rencontre personnelle avec Jésus. Si cela aboutit à un baptême, gloire à Dieu, mais cela reste une exception dans notre civilisation française, traditionnelle, chatouilleuse sur la liberté de choix et indépendante. Notre grande joie, c’est d’observer les transformations d’état d’esprit et de vie qu’opère le Saint-Esprit dans les cœurs de ceux qui sont persévérants et fidèles à ces rencontres. Nous en avons vu faire de véritables expériences de pardon dans leur famille, suite à leur découverte de l’Evangile. Mais la suite de leur cheminement reste entre les mains du Seigneur !

En conclusion, je ne peux que vous encourager à vous lancer dans cette merveilleuse expérience ! En plus de vous faire de vrais amis, vous serez fortifiés dans la foi et éprouverez mille joies devant l’œuvre du Saint-Esprit !

06 Sep

Un baptême à l’Église de maison de Sisteron

SONY DSC

SONY DSCLe samedi 27 août, nous avons eu la joie d’être présents pour le baptême de Monique.
Cette belle journée a réuni toute l’Église des Alpes du Sud (Digne, Gap, Briançon et Sisteron).
Monique participe depuis environ 2 ans à l’Église de maison de Sisteron. Elle y a trouvé, après un long parcours spirituel ponctué de rencontres, un lieu où grandir spirituellement, des personnes pour l’accueillir et l’accompagner. Elle a donc choisit de s’engager avec le Seigneur et elle l’a choisi comme son « berger » (elle avait choisi comme texte de référence pour la journée le Psaume 23).

Nous avons aussi accueilli Jean-Gabriel dans l’Église des Alpes du Sud au sein du groupe de Gap. Celui-ci a été baptisé au cours de l’été au Cap Vert (pays d’origine de sa maman).

01 Juin

Calendrier de prières pour l’Église dans les maisons de l’Équipe Victoire

mains

Voilà un article qui vous présente une initiative qui va dans la sens de la promotion des « Groupes et Églises de maison ». Il s’agit d’un calendrier de prières mensuel proposé par l’Équipe Victoire . Nous partageons régulièrement avec eux des sujets de prières.
Alors, voilà plus d’infos sur cette démarche…

logo-victoire-groupe-de-maisonPour qui ? Ce calendrier s’adresse à tous ceux qui sont déjà impliqués dans des groupes de maisons / églises de maisons en France (ou qui s’y intéressent), ainsi que les intercesseurs.

Quoi et pourquoi ? Ce calendrier de prières mensuel se veut un outil pour encourager un maximum de personnes dans la prière, pour le développement de l’Église dans les maisons en France. …N’hésitez pas aussi à nous communiquer vos sujets de prières et vos témoignages de vie dans votre groupe de maison.

Beaucoup de termes sont employés pour définir des groupes se réunissant dans des maisons (des groupes de maisons, cellules, églises de maisons, groupes de prières, maisonnées, cellules d’évangélisation, etc.) Dans ce calendrier, nous utiliserons souvent les termes « groupes de maisons » et « églises de maisons ».

Vous découvrirez que la dynamique de « l’Église dans les maisons » est en pleine extension en France et dans la plupart des confessions reconnaissant Jésus-Christ.

Nous aimerions aussi que ce calendrier encourage des passerelles entre les différents groupes et réseaux, afin de nous entraider dans le travail pour l’avancement du Royaume de Dieu en France.

Pour recevoir ce calendrier de prières ? Nous serions heureux de vous envoyer ce calendrier de prières mensuel par e-mail. Aller sur le site http://www.gospelfrance.fr, cliquer sur l’onglet « Contactez nous », puis nous envoyer un message en disant que vous souhaitez recevoir le calendrier de prières pour les groupes de maisons.

Pour demander que nous priions pour un sujet de prière pour votre groupe ? Depuis le site http://www.gospelfrance.fr, cliquer sur l’onglet « Contactez nous », puis nous envoyer un court résumé du sujet de prière pour votre groupe de maison.

Par qui ? La coordination du calendrier est faite par l’équipe Victoire (voir http://www.gospelfrance.fr), avec la contribution de requêtes de prières ainsi que de témoignages et d’exemples de mises en pratique venant de différentes personnes impliquées dans des groupes de maisons / églises de maisons à travers la France.

27 Mai

Journée de témoignages des groupes à Avignon, le 21 mai 2016

temoignages

Comme cela est maintenant l’habitude chaque trimestre, une journée de témoignages des « groupes » a eu lieu à Avignon, le samedi 21 mai 2015. Cette journée a pour objectif de mettre en avant les « Groupes de maison » de la région lors d’un culte spécial avec toute l’Église.

champ-150x150Cela a donc permis à plusieurs membres de groupes de témoigner des joies de leur vécu et de partager leurs diverses expériences. La prédication « Levez les yeux et regardez », à partir du texte de Jean 4. 27-42, a invité les présents à changer de regard et à voir au-delà des obstacles au témoignage de sa foi. Le temps en petits groupes qui a suivi nous a aussi rappeler que le meilleur évangéliste c’est moi.

Après un repas au commun, un jeu a permis aux membres de groupes présents de témoigner de leurs Joie, Difficulté, Souhait et Remerciement dans leur vie spirituelle et de groupe.

Merci Seigneur pour tout ce que tu permets de vivre dans ces différents « Groupes de maison » de la région d’Avignon.

 

20 Mai

Livre « Une Armée de Gens Ordinaires » par Félicity Dale

Harmeeistoires vécues d’une vingtaine de personnes ordinaires dont Dieu s’est servi pour faire des disciples et commencer des groupes et églises de maisons.

« Quand des gens ordinaires partent faire l’œuvre du Royaume,
Dieu s’occupe de l’extraordinaire ! » (p. 31)

Toi aussi, tu peux avoir une histoire comme celles que tu liras dans ce livre.

Pour plus d’informations et pour commander ce livre, aller sur le site de l’équipe « Victoire » en cliquant sur le lien suivant :      www.gospelfrance.fr/boutique

17 Mai

Les groupes de foyer qui ont contribué à notre épanouissement spirituel

ob_3ce1e8_coeur-de-mains

Nous n’étions pas baptisé que vous avons fait connaissance avec plusieurs groupes de foyer chrétiens, membres de l’Église adventiste : ces groupes nous ont été présentés par Charly, le Pasteur, que nous avons connu. J’étais alors issu du communisme et ils s’appelaient :

Jean-Yves et Marie-Thérèse, à Cormeilles-en-Parisis, pendant 1 an, nous y avons appris la diététique et le créationnisme. Je me souviens : ils avaient adopté 2 filles d’âge scolaire… Ils étaient membres de l’Église où nous sommes nés de nouveau : Jean-Yves avait une sclérose en plaques. Nous avons beaucoup priés pour lui : ils sont partis en Bretagne, où Jean-Yves est mort, il y a quelques années…

Georges et Marcelle, à Auvers-sur-Oise, pendant 8 mois : il était ancien de l’Église d’Argenteuil et avaient 3 grands enfants. Nous y avons appris comment vivre notre foi… Nous les avons revus, voici 8 ans lorsque j’étais Pasteur à Périgueux : ils ont été quelques mois membres de L’Église dont j’étais le Pasteur !

Gérard et Maïté, entre Paris et Dammarie-les-Lys, quelques fois pendant 6 mois : ils avaient 3 garçons, dont l’un que nous avons gardé à Collonges, pendant mes études de Théologie. Nous y avons appris les prophéties bibliques… J’ai travaillé comme colporteur évangélique, soutenu par un emploi dans l’entreprise de Gérard…

Yvon et Danièle Bilisko, à Cergy-Pontoise, nous tenions tous les mois pendant 1 an et ½ un cercle d’amis : je me souviens que la première fois que nous y avons invité tous nos amis, il n’est venu personne le jour J ! Nous avons eu une seule voisine que nous n’attendions pas : par la suite, il y eut encore un couple de Mormons, Madame Evangelista et sa fille de 25 ans, Alain, un antillais qui a été baptisé au bout d’un an alors que son épouse a été baptisée dans une Église évangélique, et beaucoup d’autres ! Ces études bibliques nous ont permis de consolider notre foi…

Curieux qu’àDSCN3154 la fin de notre ministère, une fois entrés dans la retraite, ce soit encore à un cercle d’amis, mais cette fois toutes les semaines, que Dieu nous a permis de fonder une Église de Maison, avec Nandy, Dominique, Cécile, Olivia et Monique, qui va être baptisée peut-être cette année : toujours soit-il qu’il nous permet de vivre notre foi plus intensément et plus véritablement… Nous lui demandons de faire grossir Lui-même notre Église de Maison et de lui adjoindre, un jour, les étudiants des cours d’Histoire des Religions que je donne à l’Université du Temps Libre de Laragne…

Merci Seigneur de Ta clairvoyance et de Ton soutien…

Yvon Bilisko