03 Déc

Etre à Son service ensemble à Alès

image

Depuis des années, je prie pour la ville d’Alès. Je me déplace dans les rues et présente au Seigneur ses habitants. Dieu a mis dans mon cœur la nécessité d’une présence adventiste à Alès, sujet de prière quotidien et, deux déplacements par semaine dans la ville.

S’est imposé à moi de ne plus prier seule, mais avec deux autres personnes qui sont entrées dans le projet. Parallèlement, d’autres soutiennent le projet de chez eux par leur prière.

En janvier 2016, le projet concernait sept parc-tour-vieille-alespersonnes. Prière chez soi, dans un parc de la ville et dans un foyer. Rapidement le réseau s’est développé. En avril, le réseau était composé de vingt sept personnes sensibles au spirituel, dont sept adventistes.

Nous sommes résolus à ne faire que des plans qui sortent de ce que Dieu nous révèle. Un jour que faiblissait mon énergie et ma conviction, Dieu m’a fait rencontrer un moine pour m’entendre dire de sa bouche : « Il faut qu’il y ait une présence adventiste à Alès »… Quel encouragement !

Le  réseau est aujourd’hui de cinquante dont neuf adventistes. Le contact avec certains se précise. Un a été baptisé et a déjà son propre réseau. Une est engagée dans un cycle d’études bibliques et a déjà demandé le baptême. Un couple est en suivi hebdomadaire. Certains attendent un lieu dans la ville pour se retrouver… D’autres, une prière ou un simple contact de temps en temps. D’anciens adventistes sont sur le secteur…280px-Centre_alès

Nous ne voulons pas prendre à Anduze ses forces vives pour les investir à Alès. Nous sommes surs que Dieu sait comment avancer et veut nous en révéler les chemins. Sur un rythme mensuel, nous nous retrouvons pour prier ensemble, peaufiner notre projet, constituer l’équipe, préparer le type de lieu à rechercher, évaluer notre capacité financière.

La ville est en demande… L’Esprit Saint est prêt au défi ! « Nous, nous sommes ses témoins. Y a-t-il un Dieu en dehors de moi ? Non, je suis votre solide rocher… » Esaïe 44.8

Nous sommes réjouis d’être à Son service ensemble… Dieu bénit !

Aline Henriot

21 Nov

Groupe de la colline

2015_419_2005-08-parc-G-Faure-3-

annecy-le-vieuxBien difficile de se souvenir de l’année où ce groupe a commencé à rassembler les personnes désireuses de s’unir pour prier et étudier. Mais il est permanent depuis, au minimum, une 20e d’années. Au début, le site se trouvait au sommet de la Colline d’Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie). Puis, suite à un déménagement, il se retrouve en bas de cette même colline. C’est un groupe de foyer tout simple permettant à des personnes, souvent un peu timides, de partager en cercle restreint. Ces échanges se font généralement à partir de lectures, d’expériences de vie, de préoccupations au sujet de famille ou de connaissances. Une manière, également, de suivre de près les personnes pour lesquelles on prie et de remercier Dieu chaque fois que Son action devient concrète.

bible-896219_960_720Les personnes participant au Groupe de la colline ont varié selon les époques. Quelques décès, hélas, mais aussi de nouvelles venues, même si le nombre reste modeste, 7 à 8 participants. C’est, aussi, la possibilité de partager, depuis des années, notre compréhension de la Bible avec une personne non adventiste. Elle dit combien cela lui fait du bien. Elle est convaincue que notre église correspond à son attente, même si elle suit « de loin » pour le moment… Cela nous semble important de poursuivre cet accompagnement et de lui permettre d’expérimenter l’Amour que Dieu nous engage à manifester. Assez seule dans la vie, elle apprécie de pouvoir retrouver une famille auprès de nous. Il est vrai que la création d’un tel groupe renforce les liens que nous pouvons déjà développer au sein de notre communauté. Étant en nombre restreint, c’est plus facile de se connaître, de se confier, de se « tenir les pouces… »

Un souvenir me revient à l’esprit. De retour d’un voyage à l’étranger, et très malade, j’ai pu « tester » la richesse des liens créés au fil du temps. Chacun des membres de notre groupe se relayait à mon chevet pour aider, d’une manière ou d’une autre, durant les semaines où je me trouvais en incapacité de fonctionner normalement. Bien sûr, le soutien pratique était précieux, mais ce que j’ai surtout retenu, c’est la qualité de la relation humaine et des liens tissés. En cercle restreint, il est plus facile de se rapprocher… C’est donc, déjà, un atout important pour l’église que nous fréquentons : créer des cellules bien soudées qui contribueront à souder la communauté dans son ensemble.

Comme vous le constatez, rien d’exceptionnel à raconter, mais des relations enrichissantes et une occasion supplémentaire, dans la semaine, de se retrouver à plusieurs auprès du Père. Après tant d’années, il semble qu’il soit important de rester ouverts à toute nouvelle possibilité, de se laisser guider et de faire confiance…
« Lorsque 2 ou 3 sont réunis en mon nom… »

Au nom de chacune et chacun… Dany Guenin

08 Nov

Groupe de Maison de Saintes

WnGh1DmaF5X8vvJA2XVH8_9jkfw

LA ROCHELLE - Photo GDM Saintes 2En mai 2015, Michèle, son époux Jerisoa Ramanantara et moi, nous nous sommes rencontrés à l’église adventiste de La Rochelle. Nous avions fortement envie de  vivre une expérience spirituelle authentique dans notre ville, Saintes, située à quelques 80 km de là. C’est pourquoi nous avons pris la décision de nous réunir au foyer de Jerisoa, en compagnie de leurs enfants Hanania et Aaron, le sabbat matin, pour louer le Seigneur et étudier sa Parole.

Un an après, en décembre 2016, nous faisions part au pasteur Jean-Manuel venu nous visiter, de notre volonté d’agrandir le groupe en accueillant nos voisins, connaissances, collègues…afin de partager avec eux la Bonne Nouvelle du salut. Celui-ci nous encouragea à étudier les actes des apôtres et à prier le Saint-Esprit pour être guidés.

En 2017, par des contacts de personne à personne (chez le coiffeur, lors de soirées sociales, etc..) Michèle, Jerisoa et moi invitions des gens à nous rejoindre. C’est avec une grande joie que nous avons pu accueillir peu à peu jusqu’à 17 personnes (14 adultes et 3 enfants), dont nous faisons partie. Soit 2 ans après notre 1ère rencontre à La Rochelle ! Nous nous réunissons dans les foyers respectifs à tour de rôle.

Nos amis, croyants engagés, pour la plupart, participent pleinement à tous nos moments de vie : louange, étude, prière, partage de spécialités culinaires, voyages, loisirs…la participation des enfants est largement appréciée, des espaces leur étant consacrés. La Parole de Dieu que nous étudions chaque sabbat, avec comme support le guide d’études de l’Ecole du Sabbat, agit puissamment au milieu de nous et Dieu se manifeste à travers des témoignages et des miracles. Nous sommes vraiment reconnaissants à Dieu pour ses merveilles. Tout le monde est content !!LA ROCHELLE - Photo GDM Saintes 1

En vue de consolider nos connaissances et mieux vivre le projet de partage de l’évangile, notre pasteur nous rencontre 1 fois par mois, le jeudi soir ou le dimanche, dans une de nos maisons. C’est dans ce cadre que notre groupe de maison s’est rendu 2 fois à l’église adventiste de La Rochelle pour des temps de sensibilisation à la vision.

Notre vœu est de continuer à croître à tous égards, sous la direction du Saint-Esprit qui nous anime ! Merci de penser à nous dans vos prières.

« Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. » Actes 1.8.

Armstrong Okoro

(Extrait de "Animés pas l'Esprit. Un mouvement de disciple. Actes et Témoignages", livret remis lors de l'Assemblée de la Fédération des Églises adventiste du 7ème jour du Sud de la France à Pentecôte 2018)
30 Oct

Bâtiment fermé, Église ouverte

tenir-la-porte-ouverte-t150761

IMG_6427 bC’est samedi soir. Après une longue semaine de travail, le Sabbat est arrivé avec son rythme frénétique, à la mesure de l’accumulation de programmes, de réunions et de préparations en tous genres. Qui n’a jamais fait l’expérience d’arriver épuisé à la fin du « jour de repos » ? Ou de dire à ses voisins : « Merci pour votre gentille invitation à manger ensemble à midi, mais je ne peux pas, je vais à l’église » ?

L’Église Gospel Celebration, à Toulouse, aime les cultes rythmés par une louange vibrante et les concerts d’évangélisation. C’est la base de son identité. Mais l’Église, c’est aussi un sabbat par mois où le bâtiment est fermé, et la communauté se réunit dans les maisons. A l’origine, l’Église n’a pas eu le choix. Ne possédant pas de lieu de culte, la communauté a cherché un endroit à louer, et elle s’est installée dans les locaux d’une église Réformée Évangélique. Seulement, voilà : la salle n’était disponible que 3 samedis par mois. Mais avec le Seigneur, les obstacles sont des opportunités. Et ils peuvent devenir des bénédictions. Un sabbat par mois s’est vu dédié naturellement à développer les liens familiaux et amicaux. Des groupes de maison sont nés de cet espace disponible, et nous constatons aujourd’hui que c’est principalement là que les changements de vie ont lieu.

Cette année, l’Église a déménagé. Les voisins du lieu de culte avaient leur chambre à coucher collée au mur de la salle de culte, ils appréciaient moyennement le réveil du samedi matin. Alors la communauté nomade est repartie en quête d’un nouveau lieu, qui a finalement été trouvé dans une Église Evangélique. Mais voilà : l’église était disponible tous les samedis. Etait-ce une bénédiction ? Peut-être, mais la communauté a choisi de garder son sabbat dans les maisons. D’une contrainte, c’est devenu un choix.

La semaine dernière, une personne est venue me dire : « J’aimerais me faire baptiser. J’ai connu Dieu il y a un moment, je ne me suis jamais engagée, puis je me suis éloignée de Dieu. Récemment, j’ai été invitée un sabbat à participer à un groupe, et à manger ensemble. L’hôtesse de maison m’a accueilli avec une telle gentillesse que je me suis tout de suite sentie en famille. C’est ça qui a fait le déclic. »

C’est parfois quand le bâtiment est fermé que l’Église peut s’ouvrir.

Gaël CosendaiIMG_6418 b

(Extrait de "Animés pas l'Esprit. Un mouvement de disciple. Actes et Témoignages", livret remis lors de l'Assemblée de la Fédération des Églises adventiste du 7ème jour du Sud de la France à Pentecôte 2018)
18 Oct

Le groupe du Pays Basque

basque-euskadi-drapeau-logo2

All-focusNotre groupe, qui existe déjà depuis une vingtaine d’années, se réunit régulièrement dans notre maison qui se situe dans un petit village du Pays Basque, Souraïde, à vingt kilomètres de Bayonne, et de temps en temps chez un autre membre du groupe à Hasparren. Après avoir été plus nombreux nous sommes maintenant 6 ou 7 personnes en moyenne.

 

Nous nous réunissons chaque sabbat pour des moments de partage, lecture, étude de la parole, louange et prière. Nous avons l’habitude de partager ensemble un repas; chacun amène un plat et c’est un moment très convivial où souvent les conjoints non chrétiens viennent nous rejoindre.

Tout se fait dans la simplicité et la bonne humeur !

De plus, suite à un parcours Alpha que nous avions organisé chez nous avec nos amis et où nous avions reçu en moyenne 6 personnes, nous avons, à la demande de tous, continué à nous retrouver une fois par mois pour lire et étudier la Bible que ces personnes découvraient avec joie.

Cela fait 3 ans que nous fonctionnons ainsi et tout le monde souhaite encore poursuivre l’expérience.

Nous en profitons pour inviter d’autres amis à rejoindre ce groupe qui est très ouvert : nous avons ainsi un couple catholique, un couple engagé dans l’entraide qui n’est pas attaché à une église en particulier, une collègue de travail en recherche… et ces personnes amènent aussi parfois elles-mêmes des amis curieux de savoir ce qui se fait et se dit ; c’est l’effet boule de neige et nous nous retrouvons parfois assez nombreux !

Depuis l’année dernière notre Pasteur Philippe nous a proposé de venir nous voir un sabbat par mois et il se trouve qu’il était disponible le jour de notre rencontre avec nos amis ; ça tombait bien et tout le monde était ravi. Philippe nous propose différents thèmes à aborder et cela devient un réel plaisir pour chacun de trouver des réponses dans la parole de Dieu. Nous avons ainsi la joie de pourvoir partager notre foi avec nos amis.

image1Notre évangélisation est toute simple ; elle se fait dans les rencontres, les contacts, les amitiés… ce n’est donc  pas seulement une parenthèse d’un samedi par mois, mais c’est une relation amicale qui se prolonge. C’est aussi notre attention, notre présence dans un moment difficile et notre écoute attentive et bienveillante.

Notre groupe est tout petit, perdu dans notre  « far » ouest » mais il est là ! Nous voulons rester disponibles et ouverts aux autres pour les attirer comme un phare dans l’ouest, non pas à nous mais au Seigneur.

Fanchon et Xavier

(Extrait de "Animés pas l'Esprit. Un mouvement de disciple. Actes et Témoignages", livret remis lors de l'Assemblée de la Fédération des Églises adventiste du 7ème jour du Sud de la France à Pentecôte 2018)
03 Avr

Témoignage d’un GDM à Avignon

b_1_q_0_p_0

L’aventure du groupe de Maryse débute par un sujet de prière d’une personne seule qui veut ouvrir sa maison pour partager la parole de Dieu. Elle parle de son projet à des amies de l’Église qui sont deux à être partantes pour se projet.

Parallèlement, elle fréquente des cours de cuisine à l’extérieur pour rencontrer des personnes. Le groupe prend forme mais il faut encore le renfort d’une personne qui parle facilement. Maryse peut enfin se mettre à ses fourneaux pour régaler les membres du groupe en septembre 2013.

La bible est au centre du partage, mais très vite, c’est difficile de jongler d’un livre à l’autre. Alors l’écoute des attentes de chacun, qui est la règle pour vivre un partage harmonieux, nous fait partir de la première page de la bible. Ainsi, nous avançons pas à pas, 2 à 4 chapitres par mercredi, tous les 15 jours. C’est presque une découverte pour chacun, avec le temps de s’arrêter sur des mots  et le ressenti est partagé dans le respect de tous. Une personne a du quitter la région, mais le Seigneur nous en a envoyé d’autres.

DSC_0004

A partir de 18h00, nous commencions par la lecture de la bible, mais maintenant nous préférons manger en premier. Comme ça, nous pouvons plus facilement prendre des nouvelles de chacun. Surtout qu’avec le temps, nous avons plus de choses à nous dire. Après la lecture biblique nous avons un temps de prière pour finir vers 19h30. Puis nous fixons le prochain rendez-vous, en tenant compte des contraintes des 8 membres du groupe.

Ce qui est certain c’est que la lecture de la bible n’est pas sans conséquence dans notre vie. Nous voyons les personnes avoir plus de compassion. C’est impressionnant de voir un Dieu si Grand qui prend soin de son peuple dans les moindres détails.

P. Guenot

26 Fév

L’évangélisation relationnelle: l’expérience de l’Église d’Anduze. Camp meeting 2017

b_1_q_0_p_0

Dans les petits groupes (GDM, EDM), l’évangélisation se vit au travers des relations. C’est ce que l’on appelle: « l’évangélisation relationnelle ».

Voilà une vidéo qui présente l’expérience vécue dans une Église « classique » sur Anduze (30) et qui peut être une réelle source d’inspiration pour les petits groupes…

14 Nov

Lancement d’une chaine YouTube « Au cœur de la moisson »

b_1_q_0_p_0

Une nouvelle chaine YouTube vient de voir le jour « Aucoeurdelamoisson FFS Adventiste » (https://www.youtube.com/channel/UCjV1uZdKRQevOxC3edi_iRw?pbjreload=10 ).

Vous pourrez y retrouver des vidéos en lien avec l’évangélisation, les petits groupes, la mission…
Vous pouvez dès à présent vous abonner pour avoir connaissance des nouvelles publications.

Ci-dessous, la vidéo d’accueil de cette nouvelle chaine YouTube